Ce que soulève la jupe : identités, transgressions, résistances

Identités, transgressions, résistances

Ce que soulève la jupe : identités, transgressions, résistances

Alors que la jupe a longtemps été subie et vécue comme l’attribut d’une féminité imposée, elle est aujourd’hui reconquise par les femmes, mais aussi par les hommes. Symbole des stéréotypes de genre pour les uns, symbole d’une libération nouvelle pour les autres.Le Girl Power, Ni putes ni soumises, le Printemps de la jupe et du respect sont autant de manifestations d’une mutation à l’oeuvre : la jupe est-elle forcément le signe de la soumission à l’ordre masculin ? Pour résister à la stigmatisation et au sexisme, pourquoi certaines filles choisissent-elles la jupe, et d’autres le pantalon ? Que penser des pressions diverses pour contrôler, voire réglementer le vêtement à l’école, au travail ou dans l’espace public ? Et que dire de la jupe pour homme ? Provocation pure et simple, ou désir d’égalité entre les sexes ? Identités, transgressions, résistances… La jupe est à l’évidence au cœur des débats sur les identités de genre. Vêtus d’un tailleur, d’une mini, d’une jupe punk ou d’un kilt, les enfants et petits-enfants de Mai 68, garçons et filles, qu’ils soient hétéros, homosexuels ou transgenres, réinventent le port de la jupe, pour séduire, provoquer, pour cacher ou pour montrer…