Le facteur temps ne sonne jamais deux fois

Le facteur temps ne sonne jamais deux fois

Chose déroutante, décidément, que le temps. Nous en parlons comme d’une notion familière et évidente, voire domestique, « gérable ». Les physiciens, eux, l’ont couplé à l’espace, en ont fait une variable mathématique, qu’ils intègrent dans des théories si complexes qu’elles sont difficiles à traduire en langage courant. Quant aux philosophes, ils ne cessent depuis plus de deux millénaires de s’interroger : est-il une sorte d’entité primitive, originaire, qui ne dériverait que d’elle-même ? Procède-t-il au contraire d’une ou plusieurs autres entités plus fondamentales ? Le temps s’écoule-t-il de lui-même ou a-t-il besoin des événements qui s’y déroulent pour passer ? Et au fait, le temps a-t-il eu un commencement ? Aucune discipline ne parvient à épuiser, à elle seule, la question du temps. C’est pourquoi nous avons croisé les regards des philosophes avec ceux des physiciens. Et que se passe-t-il ? Sans aucun doute de belles et troublantes choses…