Premier amour

Par 18 avril 2020 à 16:21

(une chronique de France Thomson)

Il est des rencontres qui marquent pour la vie. Celle que nous raconte Philippe Besson dans son dernier roman est magnifique mais également empreinte de tristesse. Ce jour de 2007, quand le narrateur du récit, - qui n’est autre que le romancier lui-même -, croit reconnaître Thomas dans le hall d’un hôtel, c’est toute une partie de sa jeunesse qui refait surface instantanément. Cet homme, jeune, beau est la copie conforme de son amoureux de l’époque où il avait 17 ans. Presque son jumeau tant il lui ressemble et pour cause, puisqu’il s’agit de Lucas, le fils de Thomas.

Dans « Arrête avec tes mensonges », Philippe Besson partage avec ses lecteurs, cette rencontre, ce premier amour, intense, secret entre deux êtres très différents. Lui, élève studieux, fils d’instituteur, réservé et Thomas, fils d’agriculteur, énigmatique, rebelle et terriblement séduisant. Un amour raconté sans tabou mais également sans voyeurisme.

Philippe Besson se met ici à nu. Il parvient une nouvelle fois, encore mieux que dans ses précédents ouvrages, à évoquer l’amour et l’âme humaine, sans mièvrerie, avec une immense sensibilité et une écriture si belle. Un récit autobiographique profond et poignant qui fait également référence aux romans précédents de l’auteur, une peu comme si tous ses écrits prenaient leur source dans cette expérience de vie bouleversante.